Mission Chaperon – partie 3

Soudain, quelque chose se glissa dans son dos et la jeune fille, coupant court à sa discussion, fit volte face…

Son smartphone filma la lueur de deux yeux dans l’ombre. Canine rit en voyant la bête s’enfuir. Les internautes se détendirent : c’était une biche.

L’adolescente reprit sa marche, le regard à la fois rivé sur son téléphone et ses pieds prêts à trébucher à tout instant sur les nombreuses racines qui affleuraient sur le chemin et rendaient sa progression laborieuse.

Après quelques pas encore, Canine se tut un instant. Là-bas, entre les arbres, elle apercevait quelque chose. Elle plissa les yeux. Cela ressemblait à une petite clairière. Soulagée du changement de paysage, elle activa le pas et s’empressa d’annoncer la nouvelle à ses spectateurs qui suivaient l’opération bien au chaud dans leurs maisons respectives, depuis leur lit ou leur canapé.

La jeune fille s’extirpa du chemin broussailleux dont les ronces s’agrippaient dans sa robe et lui griffaient les jambes. La clairière, assez petite, abritait une vieille maison, basse, sombre et sinistre.

– Est-ce que vous voyez ça les amis ?

@Bubulle : Ça serait pas la maison de la grand-mère du Chaperon rouge ? Ahah, ok je sors ^^
@mazout_121 :
Tu l’as déjà visitée Canine ?
@xx-ameli-xx : Mdrrr ça fait trop flipper ! 😮

Non, je n’y ai jamais mis les pieds… Je ne savais pas du tout qu’il y avait une maison dans cette forêt. Et ne vous emballez pas, elle n’est peut-être pas abandonnée.

Canine rejeta son chaperon en arrière. Faut dire que le rouge, ce n’était pas la couleur la plus discrète pour ce genre d’expédition, même s’il paraîtrait que les loups ne distinguent pas bien les couleurs. Elle se rapprocha de la bicoque. Maintenant, elle chuchotait. Elle s’arrêta quelques instants pour faire quelques selfies inquiétants d’elle en tenue de Chaperon rouge devant la porte en bois à la serrure et au heurtoir anciens. Les clichés seraient parfaits pour alimenter son compte Instagram et envoyer quelques Snapchats à ses amis – être populaire sur le net, il ne faut pas croire, c’est du boulot ! Elle publia la meilleure de suite sur les réseaux sociaux avec la légende : Exploration en direct, forêt du Bois d’Amour #loupyestu.

Les premières notifications ne tardèrent pas à s’afficher en haut de l’écran de son téléphone. Mais la pause était terminée, il était temps de se remettre à explorer. Tandis qu’elle allait coller son oreille contre la porte, elle crut apercevoir un rai de lumière percer à travers les planches de bois. Quelqu’un habitait-il vraiment dans une baraque à moitié en ruines au beau milieu des bois ? Elle ne pouvait se résoudre à y croire. Soudain, un grognement menaçant se fit entendre derrière la porte, et la jeune fille, malgré elle, recula d’un pas en arrière.

Est-ce que vous avez entendu ça ? murmura Canine, l’écran devant sa bouche.

Et elle approcha le téléphone plus près encore de la porte pour que les internautes puissent vérifier la véracité de ses propos.

@cindy96 : Waow, c’est quoi ce truc ?
@Zmax : Tu te jettes dans la gueule du loup !
@Bubulle : C’est le loup, il vient de croquer la grand-mère et il t’attend ahahah 🙂
@Invinoveritas : Mais va-t-en !!

Pour la première fois dans ses explorations, Canine se sentait décontenancée : devait-elle partir ou rester ? Un loup dans une maison ? Elle ne parvenait pas à y croire… Et pourtant, le grognement lui paraissait sacrément réaliste. Mais l’idée de fuir ne lui plaisait pas : pour elle, ce serait rester sur un échec. D’autant plus que des dizaines et des dizaines de gens la regardaient et qu’il y avait quand même cette histoire d’ados disparus à tirer au clair… S’il y avait un loup dans cette forêt, il fallait en avoir le cœur net. Lentement, elle fit le tour de la maisonnette. Par où le loup était-il entré ? Cela dit, trouver le passage était peut-être une très mauvaise idée si l’envie prenait à la bête de sortir de sa cachette…

Dans le panier en osier, la main de la jeune fille se saisit du couteau suisse, dont elle fit sortir la lame tranchante. Quoi qu’il y avait à l’intérieur, mieux valait être prudente. L’arrière de la bâtisse était plus sombre encore, bordé de ronces et de fougères. Elle s’approcha de la première fenêtre et tenta de frotter la vitre poussiéreuse de son bras pour jeter un œil à l’intérieur.

C’est alors que, face à son visage collé au carreau, surgit une gueule grondante aux crocs acérés, deux perçants yeux gris et une paire d’oreilles pointues. Le loup ! Le cœur de Canine bondit dans sa poitrine et la surprise la fit tomber à la renverse dans les fourrés, le souffle coupé.

Une seconde plus tard, la vision d’horreur avait disparu… La bête cherchait-elle une issue pour la pourchasser au-dehors ? En hâte, dans une bouffée d’adrénaline, les mains tremblantes, Canine fourra dans son panier ses affaires éparpillées sur le sol – son portable éteint dans la chute et ses armes de fortune –   et sans demander son reste, prit ses jambes à son cou.

Dans la nuit silencieuse, on ne percevait plus que le froissement de la cape et la respiration haletante de la rouge fillette.

Publicités

6 réflexions sur “Mission Chaperon – partie 3

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s