15 sites et applications pour apprentis écrivains

On trouve de tout sur Internet : des gifs de chatons, certes, mais pas que ! Pour les apprentis écrivains, ce peut être une véritable mine d’or pour s’adonner à la passion de l’écriture autrement que seul(e) devant une feuille blanche et un crayon. S’entraîner avec des exercices d’écriture, se laisser inspirer par le hasard, se forcer à écrire régulièrement, trouver des conseils pratiques, des concours de nouvelles et des appels à textes, partager ses écrits sur le net et avoir des retours de lecteurs, s’autopublier… La liste des possibilités est longue !

Voici une sélection de 15 sites et applications parmi tant d’autres qui valent selon moi la peine d’être visités au moins une fois

J’ai bien entendu choisi des sites dont l’accès est gratuit (même s’il nécessite parfois une inscription). Ceux qui sont suivis d’un drapeau anglais sont malheureusement disponibles seulement en langue anglaise (but you understand english, right?).

1. S’entraîner à écrire avec l’application Writing prompts   Flag_of_the_United_Kingdom.svg

unnamed
Prompt #31 : Chez un bouquiniste, vous trouvez un petit mot coincé dans les pages d’un vieux livre.

 

Adaptée aux smartphones Androïd, cette application en anglais génère aléatoirement des “prompts” (sorte d’idée succincte de scénario), qui devraient vous inspirer tout un tas d’histoires, des plus réalistes aux plus farfelues. Dans le même genre, on trouve aussi : WritingExercices, Story plot generator… (en anglais également.)

2. S’amuser avec les ateliers d’écriture sur le site des éditions Zulma

Peu le savent, mais sur le site internet des éditions Zulma se cachent des jeux littéraires. 4 ateliers interactifs sont proposés, inspirés du Nouveau Magasin d’écriture d’Hubert Haddad. Il s’agit la plupart du temps d’assembler de courtes phrases proposées (issues de romans existants) et d’en écrire la suite, tout en choisissant au hasard des mots à intégrer à notre prose, ou bien encore d’écriture à partir d’images proposées. Bien souvent, on obtient des textes (comme souvent quand il s’agit de jeux littéraires) assez loufoques ou surprenants mais très très créatifs. Ce ne sera probablement pas le début d’un chef d’œuvre que vous écrirez mais cela nourrira sans aucun doute votre imaginaire.

Capture d’écran 2016-06-14 à 18.30.08.png

3. Trouver le nom de votre personnage sur l’appli générateur de noms

Besoin d’aide pour trouver le nom de votre personnage ? Il est parfois difficile d’être inspiré, de ne pas toujours prendre les mêmes ou d’un trouver un qui soit réaliste (encore plus quand votre personnage est étranger). Avec cette application, fini les recherches fastidieuses dans les calendriers et dicos des prénoms ! Dans l’interface, sélectionnez seulement le sexe et la nationalité de votre personnage pour obtenir une liste aléatoire de prénoms et noms de famille correspondants dont vous pourrez vous inspirer pour trouver celui qui correspondra parfaitement.

4. S’inspirer avec le site générateur automatique de couvertures UnTitre

le syndrome du matin.jpgSi l’interface de ce site internet ne paraît pas très accueillante, il révèle pourtant une petite pépite : un générateur automatique de couvertures de romans. Vous n’avez qu’à entrer votre nom de plume et le site s’occupe du reste ! En moins d’une seconde, vous retrouvez votre nom sur la couverture d’un roman inconnu et pour cause, il vient d’être inventé par un ordinateur. Le titre est généré de manière aléatoire et l’image de couverture est piochée parmi des banques d’images libres de droit. Pourquoi faire, me direz-vous ? Eh bien, pour s’amuser, pardi. Et aussi, parce que parfois le hasard fait bien les choses et vous inspire l’histoire. Cela a été le cas pour moi avec ma nouvelle Le syndrome du matin (à lire sur Wattpad).

5. Trouver des conseils sur le blog Mécanismes d’histoires

Si les blogs d’écriture sont monnaie courante dans les pays anglo-saxons, les francophones, eux, n’ont pas grand chose à se mettre sous la dent. Heureusement, il en existe au moins un qui vaille la peine d’être visité de temps à autres : celui de Marièke, une passionnée d’écriture et apprentie écrivaine qui y publie régulièrement de nombreux conseils concernant l’autoédition, mais aussi des méthodes d’écriture, des tutoriels pour utiliser des logiciels d’écriture… Les articles y sont intéressants, fluides et précis. Bref, c’est très pro et on valide !

6. Écrire avec la communauté Welovewords

Vous connaissez très certainement cette plateforme où l’on peut partager ses textes, mais la partie la plus intéressante reste celle des concours : organisés avec de grandes marques et maisons d’édition, ils permettent de mettre ses talents d’écriture au profit d’une dimension plus professionnelle : il y a parfois des concours de nouvelles bien sûr, mais parfois il s’agit aussi de trouver un titre pour un événement…

Capture d’écran 2016-06-15 à 14.01.42.png

7. Trouver des concours de nouvelles sur le site Bonnes nouvelles

Un site dont la présentation pique un peu les yeux mais très utile aux apprentis écrivains qui traquent les concours de nouvelles : ils sont tous ici répertoriés par dates butoir de rendu des textes. Attention, cet agenda ne sera apparemment plus nourri à partir de ce mois-ci… Dommage, mais il reste encore quelques concours annoncés qui seront d’actualité au-delà du mois de juin.

8. Trouver sur Facebook les appels à textes des maisons d’édition

Parce que Facebook sert aussi à cela : créer des communautés, s’entraider, se relayer les bons plans… Les membres du groupe Facebook fermé “Les appels à textes des maisons d’édition” (il suffit de demander à y rentrer) postent des appels à textes en tous genres (recueils de nouvelles, types de romans recherchés…) glanés ici ou là sur les sites et pages Facebook de petits ou grands éditeurs. L’occasion d’y répondre quand un thème nous inspire ou qu’un de nos textes en stock y correspond. Pourquoi pas ?

9. Écrire avec la communauté NaNoWriMo

NaNoWriMoPour celles et ceux qui ne connaîtraient pas encore ce mot barbare, il s’agit simplement de l’abréviation de National Novel Writing Month (mois nationnal de l’écriture de roman) et consiste chaque année à écrire un roman de 50 000 mots (environ 175 pages) en l’espace… d’un mois : celui de novembre. S’inscrire sur ce site permet de rentrer chaque jour le nombre de mots écrits dans un compteur de mots et d’avoir ainsi des statistiques sur l’avancée de votre roman. Cela permet bien sûr aussi de valider votre défi en ligne si vous atteignez les 50 000 mots (hélas, vous ne gagnerez rien, si ce n’est l’admiration de vos copains virtuels qui auront vécu la même galère que vous et qui vous auront aidé et soutenu via un chat pendant ce mois intensif !). Pour ma part, j’aime beaucoup ce défi même si je l’ai toujours foiré (bon ça ne fait que deux ans que j’essaie ^^). J’aime aussi beaucoup l’idée de se réunir entre “nanoteurs” pour écrire ensemble (même si en étant en province c’est beaucoup moins évident de trouver des gens intéressés qu’à Paris). Mais je crois que Super-Gaufrette et Tutty Kroa sont beaucoup plus calées que moi sur le NaNo !

10. Booster son rythme d’écriture avec l’outil Write or die  Flag_of_the_United_Kingdom.svg

Vous en avez peut-être entendu parler : le site Write or die (existe également en application pour ceux qui possèdent portables et tablettes à la pomme) aide les plus procrastinateurs des apprentis écrivains à écrire… sous la menace. Hélas, il n’existe qu’une version anglaise. Le concept : ne tergivercez pas, écrivez et surtout NE VOUS ARRÊTEZ PAS. Jamais. Sinon, il vous en coûtera. Selon les bruits de couloir sur internet, l’écran de votre ordinateur virerait au rouge si vous vous arrêtez ne serait-ce que quelques secondes, si vous ne touchez pas au clavier, des sons particulièrement désagréables sortiraient de votre ordinateur, et PIRE : vos derniers mots pourraient commencer à s’effacer… Bref, si vous êtes la tortue de l’écriture, ce logiciel peut être à la fois votre pire cauchemar comme une bénédiction, c’est selon… Un bon coup de pied au fessesvirtuel, pour résumer. (Vous avez déjà testé ? Moi, je flippe.)

11. Partager ses écrits sur Wattpad

Capture d’écran 2016-06-28 à 12.00.41

Comme certains le savent, on peut me trouver sur Wattpad (ici) et y lire un certains nombres de mes textes courts (en fait, je n’écris pas de textes longs) : des nouvelles, des jeux littéraires et tous pleins d’expérimentations d’apprentie écrivain. Pourquoi ? Simplement parce qu’un jour j’en ai eu marre d’écrire pour personne. Mes textes s’accumulaient dans mon ordinateur et personne ne les lisait jamais. Je me suis dit : ces textes-là n’intéresseront aucun éditeur, parce que trop courts, trop atypiques, trop isolés pour en faire un roman ou un recueil de nouvelles. Ils ne sont pas publiables mais doivent-ils pour autant ne pas être lus ? J’ai décidé d’assumer ce que j’écrivais même si je sentais mes écrits terriblement amateurs et imparfaits. Mais le seul moyen de progresser, de m’épanouir dans l’écriture, c’était d’avoir un avis sur ce que j’écrivais… en un mot, d’avoir des lecteurs. C’est là que j’ai découvert Wattpad et décidé de tenter l’expérience.
Wattpad, c’est quoi alors ? Une sorte de plateforme, de réseau social de l’écriture (existe sous forme de site internet et d’appli). On se crée un profil et il n’y a plus qu’à poster ses textes sous la forme de petits ebooks gratuits, de lire ceux des autres et de voter pour ceux que l’on apprécie. C’est ce qui m’a attirée : la possibilité que mes textes aient l’allure de petits livres et que leur lecture soit facilitée via une mise en pages automatique et ergonomique adaptée aux tablettes et smartphones, et bien sûr que des lecteurs puissent y avoir accès gratuitement et donner leur avis sur ce qu’ils ont lu. Si j’aime vraiment le concept, j’ai découvert également des inconvénients à cette plateforme : le fait que les gens qui y sont inscrits sont pour la plupart des ados, que la plupart sont là pour poster leurs textes et non lire ceux des autres, qu’il y a une course aux votes et aux commentaires… et que le système de chapitres à poster régulièrement est infiniment plus adapté aux romans et aux sagas qu’aux textes courts ! M’enfin, j’y ai tout de même récolté des commentaires constructifs, et c’est déjà ça 🙂

12. Publier des textes courts sur la plateforme de Short Edition

Short Edition, c’est le premier éditeur numérique qui met à l’honneur les textes courts (nouvelles, BD courtes et poèmes). C’est même celui qui a créé le premier distributeur d’histoires courtes ! Dans les files d’attente des mairies, gares et autres de certaines villes, on peut désormais appuyer sur un bouton et voir sortir du distributeur une histoire courte sur un ticket qu’il n’y a plus qu’à lire gratuitement pour tromper son ennui. Les histoires sont piochées parmi les meilleures postées sur la plateforme Short Édition par tous les apprentis écrivains qui s’y inscrivent. Également organisé sur leur site : le Grand Prix du Court. Cette fois, les textes des internautes y participant sont sélectionnés par un comité éditorial et soumis au vote des lecteurs. Au total, comptez quatre prix par an, un par saison ! Les gagnants remportent de l’argent et une publication dans le recueil Short (numérique et papier).

13. Donner vie aux histoires pour enfants sur Whisperies

Whisperies est un site et une appli qui bousculent les codes de l’édition jeunesse ! À mi-chemin entre réseau social, plateforme d’auto-édition et projet collaboratif, il permet de mettre en relation auteurs et illustrateurs en herbe pour créer des histoires pour enfants numériques. En gros, (apprentis) écrivains pour la jeunesse et illustrateurs s’inscrivent sur le site. Ensuite, il suffit aux auteurs de poster sur le site une petite annonce pour trouver un illustrateur qui mettra gratuitement en images leur histoire (ou pour un illustrateur, de poster ses dessins de personnages qui peuvent être le départ d’une histoire). Une fois le projet finalisé, il est mis en ligne et l’histoire peut être lue gratuitement sur smartphones et tablettes par les enfants. Les histoires les plus lues deviennent payantes et auteur et illustrateur sont alors rémunérés pour le fruit de leur travail. (Pour ma part, je suis inscrite mais n’ai pas encore trouvé le temps de m’y mettre !)

Capture d’écran 2016-06-28 à 11.55.04
Extrait de L’incroyable aventure de l’ours Solal, en lecture gratuite sur Whisperies.

14. Autopublier son roman papier avec Lulu

Si la plupart des auteurs en herbe connaissent Kindle Publishing pour s’autopublier en numérique, sachez qu’il existe un site pour s’autopublier en version papier : Lulu. Il s’agit d’impression à la demande. Pas de frais d’impression à avancer et pas de stocks : vos lecteurs commandent le livre en ligne et il sera imprimé “exprès pour lui” par Lulu. Pour savoir comment s’y prendre pour s’autopublier sur Lulu, il n’y a plus qu’à aller lire le tuto sur le blog Mécanismes d’histoires, juste ici !

15. Apprendre plein de trucs dans l’émission “Storyfication” de Neil Jomunsi sur Youtube

Neil Jomunsi, c’est un peu l’écrivain 2.0. Français, notre auteur un poil hipster vit à Berlin et prône l’autoédition et la littérature numérique. Ultraconnecté, il communique avec ses lecteurs sur Twitter, partage certains de ses écrits gratuitement sur Wattpad, nous invite à découvrir sa vie berlinoise en publiant des photos de son quotidien sur Instagram, discute statut de l’écrivain sur son blog et maintenant cause “storyfication” sur sa chaîne YouTube ! Il s’est notamment fait connaître auprès de ses lecteurs avec Nemopolis, roman dont les lecteurs recevaient chaque semaine un nouveau chapitre gratuitement dans leur boîte mail, et le Projet Bradbury : une nouvelle écrite chaque semaine pendant un an et autopubliée dans la foulée sur Kindle au tarif de 0,99 €.maxresdefault
Humour et techniques d’écriture se mêlent dans ses vidéos de “storyfication” très bien réalisées. Un vent de fraîcheur dans ce monde de l’écrit : c’est comme se détendre devant la télé tout en apprenant pas mal de trucs intéressants sur le sujet de l’écriture. Les vidéos sont un poil perfectibles à mon sens (je trouve que certaines traînent un peu en longueur), mais ce n’est que le début de cette “émission” et je ne doute pas que la suite ne pourra être que mieux !

 

Voilà, j’en ai terminé avec cette longue liste de “bons coins” de l’apprenti écrivain sur Internet. J’espère que ce tour d’horizon vous aura été utile 🙂

P.S. : Hey pssst, je suis sûre que toi aussi tu connais des endroits sympas du net que les mordus d’écriture n’auraient peut-être pas encore explorés… Tu nous les chuchotes en commentaire ?

 

 

Publicités

7 réflexions sur “15 sites et applications pour apprentis écrivains

  1. J’ai entendu lire ici, https://annedenisdelln.wordpress.com/2016/06/27/cloture-et-resultats-des-votes-pour-lagenda-ironique-de-juin-2016/, et de source d’eau limpide non tarie qu’un endroit risquait bien de proposer quelque chose comme idée d’entraînement à l’écriture « plaisir et joutes ironiques ». Je te fais suivre l’adresse internet du site en question : https://grumots.wordpress.com/
    Tous mes remerciements pour ces bonnes zadresses. Ainsi que pour ta proposition. Et en attente de la décision des deux gagnants de juin, je vais aller soudoyer des coudes pour que l’agenda continue à voyager encore longtemps… 😀
    A très bientôt donc et peut-être même d’ici le mois prochain.

    Aimé par 3 people

    1. Merci Valentyne pour ces compléments ! J’ai déjà entendu parler vaguement de ces deux sites mais je n’ai pas eu plus d’infos que ça et je n’ai pas encore testé. N’hésites pas à donner ton avis ici quand tu auras essayé tout ça 🙂

      J'aime

  2. Une liste des plus interessantes et très bien référencée. Merci.
    J’ajouterai seulement qu’il est possible d’autopublier gratuitement un livre en version papier avec un compte Kindle Publishing, en utilisant leur partenaire: https://www.createspace.com . L’avantage (si s’en est un) sur les autres éditeurs comme Lulu ou Smashword, c’est que le livre publié se retrouve en vente sur la plateforme Amazon.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s